Cancionero del palazio

cancierno evoDécouvrons à travers les magnifiques oeuvres de Juan del Encina, figure de la poésie et de la musique durant le siècle d’or, le Cancionero del Palacio. Il représente le joyau le plus précieux et le plus représentatif du répertoire interprété dans les cours itinérantes des Rois Catholiques – particulièrement celle de Castille – avec des chansons, des villancicos, des romances et des estrambotes.

 Le dynamisme et la vitalité d’une Castille émergente, liée avec les Flandres, l’Italie et le Royaume de Catalogne, firent naître un humanisme musical d’un caractère nettement hispanique, riche de siècles de partage avec les cultures du bassin méditerranéen. Se côtoient dans ces magnifiques polyphonies le savant et le populaire dans un amalgame riche en couleur.

 

 

Programme :

Una sañosa porfiaJuan del Encina (1468 – c. 1529),  Si abrá en este beldrés  Juan del Encina – Instrumental,  Más vale trocar  Juan del Encina,  Hoy comamos y bebamos Juan del Encina,  Voy  Román (nc) – Instrumental,  Ay triste que vengo  Juan del Encina,  Tres morillas m’enamoran Anonyme,  Danza alta  Francisco de la Torre – Instrumental,  Que me queréis – Anonyme,  Una sañosa porfia  Juan del Encina – Instrumental,  La tricotea  Alonso (nc),  Rodrigo Martines – Anonyme,  El que rige y el regido Juan del Encina,  Pase el agoa ma Julieta  Anonyme,   Amor con fortuna Juan del Encina,  El cervel mi fa  Anonyme – Instrumental,  Fata la parte  Juan del Encina,  Levanta Pascual Juan del Encina

 

Distribution : 5 chanteurs, 8 instrumentistes

Barbara Kusa, Edouard Hazebrouck, Emmanuel Bardon, Romain Bockler – Chant, Christine Plubeau – Viole de gambe,  Véronique Barbot – Orgue,  Bérengère Sardin – HarpeFlorent Marie – Guitare renaissance,  Gwénaël Bihan – Flûtes renaissance,  Liselotte Emery – Cornet à bouquin,  Christophe Mazeaud – Flûte, dulcian, bombarde,  Ismaïl Mesbahi – Percussions

Les commentaires sont clos.